La chiropraxie est indiquée pour tous, sans distinction d’âge.

Cependant, certaines périodes de la vie, certains métiers ou certains sports sont plus propices à une «  sur-utilisation » des articulations, muscles ou tendons comme à l’adoption de gestes et postures inadaptés.

 

La chiropraxie est ainsi particulièrement recommandée aux nouveau-nés, aux enfants, aux femmes enceintes, aux sportifs et aux séniors.

La Chiropraxie et les enfants

Naissance, croissance, adolescence, le chiropracteur adapte ses techniques aux besoins spécifiques et au développement de l’enfant.

 

 

    Le nouveau-né :



Lors de l’accouchement, les tractions exercées sur le nourrisson peuvent provoquer des lésions articulaires difficilement décelables.

Ces dysfonctionnement peuvent avoir des conséquences très diverses, au premier rang desquelles les troubles du sommeil ou les troubles viscéraux.

Par un travail de pressions très douces et précises, le chiropracteur est capable de détecter et corriger ces lésions dès le premier âge de la vie.

 

 

L’enfant :

 

Apprendre à tenir sa tête, à s’asseoir, à ramper puis à marcher, porter un lourd cartable, rester assis de longues heures, s’investir dans une activité sportive : l’appareil locomoteur en construction de l’enfant est continuellement sollicité, voire mis à mal.

Plus tard, l’adolescent se sédentarise, il adopte de mauvaises postures devant la télévision ou l’ordinateur. Or à cette période, sous l’effet des hormones, ses ligaments sont plus lâches et son corps se transforme rapidement, favorisant ainsi l’apparition de dysfonctions vertébrales ou même d’une scoliose.

 

Le suivi chiropratique de la croissance de l’enfant est donc particulièrement recommandé.

 

 

 

 

La Chiropraxie et la grossesse
   

 

Le traitement chiropratique agit sur l’alignement du bassin et la mobilité articulaire favorisant ainsi le bien-être quotidien de la femme enceinte.

La chiropraxie est particulièrement indiquée durant la grossesse. Dans une période où la prise de médicaments doit être envisagée avec la plus grande prudence, elle permet de lutter efficacement et naturellement contre la douleur.

Les manipulations exercées par le chiropracteur peuvent en outre contribuer à la bonne position du fœtus dans l’utérus et, de ce fait, faciliter l’accouchement.

Après la naissance, le chiropracteur corrige les dysfonctionnements de l’appareil locomoteur liés à la grossesse, prévenant ainsi les douleurs dorsales susceptibles de persister.

Il examine le nouveau-né afin de détecter de possibles lésions articulaires liées aux conditions de l’accouchement.

 

 

La grossesse est une période importante de changements posturaux, hormonaux et physiologiques. Au fil de la croissance du fœtus, la lordose lombaire (ou cambrure) de la femme enceinte s’accentue.

 

La taille et le poids du fœtus comme celui de la future mère évoluent rapidement, sa poitrine s’alourdit, provoquant ainsi des douleurs localisés au niveau du bassin et des vertèbres dorsales. 

 

Tout au long de la grossesse, le fœtus exerce des pressions afin de se créer de l’espace dans l’utérus. Ces mouvements peuvent entraîner des torsions et compromettre sa mobilité  future.

 

Ils peuvent en outre être douloureux pour la femme enceinte. Le fœtus peut, enfin, connaître des difficultés à se positionner la tête en bas, position optimale pour l’accouchement, pour la mère comme pour l’enfant.

 

 

      

 

      Qu’attendre de la chiropraxie ?

 

La Chiropraxie et les Troubles Musculo-squelettiques

Les TMS regroupent l’ensemble des pathologies des tissus mous (muscles, tendons, ligaments ou nerfs) liées à l’activité professionnelle.

Ces lésions se manifestent au niveau des articulations des membres supérieurs et inférieurs. Douloureuses, elles peuvent également entraîner une perte de force ou de mobilité.

 

Les TMS sont la maladie professionnelle la plus répandue. S’ils ne sont pas soignés, ils peuvent entraîner des incapacités permanentes.

 

    Reconnaitre les TMS

 

Les symptômes des TMS peuvent être très variés et inclure de la fatigue musculaire, des picotements, des engourdissements ou des douleurs localisées.

 

Lorsqu’ils apparaissent, ils ne sont ressentis que pendant l’activité exercée et disparaissent au repos. Ils ne réduisent pas la capacité de travail.

 

Lorsque la pathologie s’installe, les symptômes persistent après le travail et réduisent les capacités de la personne affectée.

 

    Qu’attendre de la chiropraxie ?

 

Le chiropracteur agit à deux niveaux, curatif et préventif. Les soins prodigués par le chiropracteur visent à restaurer la mobilité articulaire et à réduire la douleur.

 

Dans une approche globale de la santé, le chiropracteur accompagne les soins qu’il dispense de conseils de nature à en accroître les bienfaits.

 

      Connaître et limiter les facteurs de risque

 

Gestes répétitifs, plan de travail inadapté (trop haut ou trop bas), efforts excessifs, froid, vibrations,...

 

Dans le cadre d’un entretien détaillé, le chiropracteur détermine avec précision les facteurs de risques propres à une profession et prodigue les conseils posturaux adaptés.

 

La Chiropraxie et le sport

 

La pratique d’un sport, amateur ou de haut niveau, peut engendrer des sollicitations musculaires et articulaires importantes.

 

La répétition de gestes techniques durant les entraînements ou les compétitions peut amener le corps jusqu’à ses limites physiologiques et mécaniques.

 

Ces contraintes physiques peuvent provoquer des dysfonctionnements de l’appareil locomoteur du sportif qui peut ressentir des douleurs. Elles entraînant en outre des déséquilibres nuisant aux performances optimales.

  Qu’attendre de la chiropraxie ?

 

Auprès des sportifs, le chiropracteur agit à plusieurs niveaux :

  • il assure une performance articulaire et musculaire maximales, en restaurant la mobilité articulaire,

  • il prévient les blessures, en identifiant, par exemple, les problèmes de posture ou d’appui,

  • il soulage les douleurs liées à la surutilisation de certaines articulations ou de certains muscles,

  • il traite certaines blessures comme les tendinites, les contractures, les douleurs vertébrales et articulaires.

 

Le traitement chiropratique régulier des sportifs permet de diminuer les temps de récupération après certaines blessures.

Ils sont suivis par un chiropracteur

 

Roger Federer, Tiger Woods, les footballeurs du milan AC ou encore les basketteurs des San Antonio Spurs ont un point commun, au delà de leurs performances sportives exceptionnelles.

Tous confient leur outil de travail - leur corps -aux mains expertent d'un chiropracteur.

 

Les chiropracteurs accompagnent des délégations nationales depuis des années aux Jeux Olympiques come celle des Etats-unis depuis 1980. Ils sont présents avec les autres professions médicales pour assurer des soins aux athlètes de toutes les délagations depuis 2010 et les Jeux Olympiques de Vancouver. 

La Chiropraxie et les séniors

 

Quand consulter ?

 

Perte de souplesse, dégénérescence articulaire, ankylose ou impotence fonctionnelle, attitude voûtée, raideur des cervicales ou des lombaires, lumbago, sciatique, douleurs intercostales, céphalées, tendinites, vertiges, etc.

 

La chiropraxie peut remédier aux affections les plus répandues de la colonne vertébrale et des articulations, ainsi qu’aux conséquences de ces affections.

 

Avec l’âge, les os se fragilisent, les articulations perdent de leur souplesse, les muscles fondent.

 

Cumulés, ces phénomènes affectent progressivement la mobilité de chacun. Or nous vivons de plus en plus vieux. Il est donc essentiel de conserver un bon état de santé.​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

 

 

Qu’attendre de la chiropraxie ?

Face au vieillissement, la chiropraxie apporte des réponses préventives et curatives spécifiques.

 

En s’appuyant sur l’historique de santé du patient âgé, sur l’imagerie médicale et sur une évaluation complète de ses fonctions locomotrices, le chiropracteur développe un plan de traitement adapté au degré d’ostéoporose ou d’arthrose de chacun. Le traitement chiropratique vise à restaurer la mobilité articulaire et à  réduire la douleur améliorant significativement la qualité de vie des séniors.